MÅNGATA (2022)

Joëlle Richard (in French | en français)

"A SPLENDID, PROFOUND AND WITTY PLAY - A POWERFUL TEXT, WHERE EVERY WORD FEELS LIKE AN UPPERCUT AND PUNCHES YOU IN THE GUTS - SO BEAUTIFUL IT'LL MAKE YOU CRY" (La Batoille) - "AN EXTRAORDINARY AND MARVELLOUS PERFORMANCE OF THE LEAD ACTRESS - A CRY FROM THE BODY AND HEART" (La Liberté)

Mångata. En suédois, le chemin de lumière tracé par la lune sur les flots, les soirs où elle est pleine et veille sur le monde sidéré. Depuis sa fenêtre avec vue sur le campo, une femme frissonne. Là, juste là, à la surface paisible du canal où les poissons s’aventurent à nouveau, une drôle de créature nage sans bruit et son bas-ventre lance des reflets métalliques à fleur d’eau… 

Après "Plein Cœur" et "Moïra", la compagnie Roz & Coz retrace le destin d’une Vénitienne (Raïssa Mariotti) qui s’éprend d’une sirène dans une Cité des Doges confinée. Mais le conte se fait vite grinçant. Car il y a le danger constant, ce virus invisible et sournois, qui tisonne des angoisses qu’on croyait tenues en laisse. Ce corps à la solitude plastique qui perd petit à petit la mémoire de la chair. Le refus de cette différence qui saute aux yeux à chaque pas. Le rejet de l’autre. Et, surtout, la détestation de soi. Le verbe est jeté, les mots de l’auteure et metteuse en scène fribourgeoise Joëlle Richard sont durs, sans concession, comme si seule cette violence de forme était à même de traduire l’inénarrable. Ils tissent une parole fractionnée à la lisière du slam, dont la poésie disloquée répond aux mélodies ironico-lucides de la comédienne et harpiste Mirabelle Gremaud.  

"Ma ville crève / Et je sais pas quoi foutre / De cette putain de graine germée / Qui vient buter dans ma trachée / Je te regarde / Et ça pousse / Ça pousse et ça reste croché / Je veux pas finir attachée / Je crois plus à l’amour, d’accord? / J’ai jeté la clé du Pont des Soupirs / Et elle s’est enlisée dans la fange de nos eaux usées / T’entends, t’entends / Saleté de femme-poisson? »

Mångata (a Swedish word for the road-like reflection of the moon on the water) tells the story of a Venetian woman who falls in love with a mermaid. It’s a bittersweet fairy tale about love, lockdown, isolation, self-hatred, gender fluidity, tolerance, family and peer pressure, female desire and women’s empowerment.

Venues | lieu et dates des représentations: 

Nuithonie: ma 11 janvier (19h), me 12 janvier (20h), je 13 janvier (20h, plus bord de scène | talkback), ve 14 janvier (20h), sa 15 janvier+ (20h), di 16 janvier (17h)

+ La représentation du 15 janvier sera précédée à 17h30 par une table ronde intitulée "Amours exposées ou femmes* invisibles? - Entre réalités et représentations des relations lesbiennes" avec Manon Pulver (modératrice, dramaturge), Caroline Dayer (docteure et chercheuse, spécialiste en Etudes Genre et déléguée départementale aux questions d'homophobie et de transphobie au Secrétariat général du DFJC, Vaud), Ilana Eloit (docteure et chercheuse, Première assistante en Faculté des sciences sociales et politiques, UNIL), Camille Béziane (philosophe de formation, responsable de l'association les Klamydia’s, qui œuvre pour la santé sexuelle des femmes* qui aiment les femmes*) et Elodie Oustin (co-présidente de l’Organisation suisse des lesbiennes et membre de Sarigai): dans le cadre des représentations de MÅNGATA, la Roz & Coz et Equilibre-Nuithonie ont ainsi invité plusieurs personnalités des milieux artistiques, académiques, pédagogiques et associatifs à poser un regard croisé sur les thématiques de la pièce. En effet, malgré les récentes évolutions de nos sociétés, l'acceptation de sa propre orientation sexuelle et la construction d'une identité affranchie de toute assignation ne sont toujours pas aisées. Quelle peut être la place de l'art dans l'élaboration d'une relation à soi? La représentation des amours lesbiennes est-elle un miroir fidèle ou déformant des diverses réalités? La fiction peut-elle se faire l'alliée des actions de terrain? Entre "role models" et "male gaze", un débat à ne pas manquer sur des questionnements d'actualité. 

Elle sera suivie par une fête LGBTIQ+ dans le hall de Nuithonie à partir de 21h30. 

Reviews | critiques: 

La Batoille, Stéphanie Tschoppe, 12 janvier 2022

Articles | avant-scène: 

La Gruyère, Eric Bulliard, Une histoire d’amour (…), 06.01.22

La Liberté, Elisabeth Haas, Le reflet de la pleine lune sur l’eau, 06.01.22

Sponsored by | avec le soutien de: 

Coproduction Equilibre - Nuithonie

Etat de Fribourg

Loterie Romande

Ernst Göhner Stiftung

Agglomération de Fribourg

Fonds culturel de la Société suisse des auteurs SSA

Fondation Jan Michalski pour l’écriture et la littérature

Copyright Roz & Coz Theatre Company 2022 | All rights reserved | « I pray thee Rosalind, sweet my coz, be merry » (As You Like It) | Webmaster LadyHagg